Les lycées agricoles, une aubaine !

Plusieurs fois reportée à cause de la crise sanitaire, la journée thématique de la FCPE consacrée à l’enseignement agricole aura enfin lieu samedi 5 juin 2021 à Saintes, et à distance. Car il est grand temps d’agir pour séduire les collégiens préoccupés par l’avenir de la planète !

Et si ça devenait tendance de suivre une formation en lycée agricole ? Tendance car les métiers qui donnent du sens à la vie, qui renouent avec l’essentiel ont le vent en poupe. Tendance car s’il y a bien un secteur qui doit recruter, c’est bien celui-là : la moitié des exploitants agricoles partira à la retraite dans les dix ans à venir ! Et puis, il faut le savoir, suivre une scolarité dans un lycée agricole, c’est la garantie du choix. En effet, ces lycées forment à une multitude de métiers comme agriculteur, maraîcher, horticulteur, vendeur spécialisé… Comme le dit le directeur du lycée horticole et du paysage du Petit Chadignac à Saintes, Jean-Claude Mohand, « nous visons l’employabilité ». 

Pourtant, les lycées agricoles peinent à faire le plein d’élèves : « Curieusement, alors que les jeunes se mobilisent sur la préservation de la planète, nos formations ne les font pas rêver, poursuit Jean-Claude Mohand. Nous devons donc avoir un discours plus clair sur ces enjeux et sur ce qui lie nos formations à ces nouvelles problématiques. » Le Petit Chadignac qui accueille près de 200 élèves et s’étend sur 2 hectares propose un environnement très agréable pour celles et ceux qui ont choisi de travailler dans ces métiers-là : des centaines de mètres carrés de serre où poussent aussi bien des plantes comestibles que des fleurs, du bio, des plantes exotiques, une boutique qui vend les produits du lycée aux particuliers, un internat rénové… Tout est en place pour former les quelque 200 élèves de ce lycée agricole.

Les métiers manuels dévalorisés
Les élèves, c’est exactement la problématique du moment. Olivier Bleunven, secrétaire général adjoint du Snetap (syndicat national de l’enseignement technique et agricole) rappelle que les lycées agricoles forment à quantité de métiers : « Il y a des formations pour les métiers forestiers, de la mer, des formations à l’horticulture ou encore des services aux personnes en milieu rural, c’est très varié. Le lycée agricole est un formidable outil pour changer les outils de production. Ce devrait être attractif pour les jeunes. Mais il y a un problème entre les ambitions affichées avec un discours politique fort sur la transition et les moyens pour former autrement. » 
Un autre argument pourrait être aussi davantage communiqué : la rénovation pédagogique mise en œuvre à partir de la fin des années 1980 a engagé une harmonisation et un alignement progressifs des filières et des diplômes de l'enseignement agricole sur ceux de l'éducation nationale. Ainsi, intégrer l’enseignement agricole permet à un grand nombre de jeunes d'accéder à des niveaux de formation supérieure : de la 4e au doctorat, du CAP au bac+5, des brevets de technicien supérieur agricole (BTSA), des diplômes d’ingénieur, de vétérinaire et de paysagiste, des licences professionnelles, des masters et des doctorats.

Véronique Marchesseau, secrétaire générale de la Confédération paysanne, explique elle aussi qu’il y a un problème de recrutement car les métiers manuels sont globalement dévalorisés. « Pourtant, les paysans d’aujourd’hui donnent du sens à leur travail. Peut-être que pour mieux attirer les jeunes, il faudrait développer les accueils à la ferme, recréer des liens entre les urbains et les ruraux. Il faut sans doute mieux mettre en évidence le lien qui existe entre la fonction de production et ce que l’on trouve dans son assiette ! Il faudrait aussi que les professionnels du secteur interviennent dans l’élaboration des programmes, ce qui n’est malheureusement plus le cas… »

Les lycées agricoles rencontrent parfois des difficultés, pourtant leurs élèves peuvent être assurés de bénéficier de formations de qualité et de trouver un emploi à la sortie… Et en ces temps difficiles, ce n’est pas anecdotique !

Halte aux préjugés !

VisuelRS

Depuis plusieurs années, le ministère de l’Agriculture multiplie les opérations de communication pour redorer le blason de l’enseignement agricole, mais les clichés ont la dent dure ! En amont de sa journée thématique, la FCPE a donc décidé de publier sur ses réseaux sociaux cinq visuels animés pour tordre le cou aux idées reçues sur ces parcours de formation. Il s’agit de convaincre parents et enfants que le secteur de l’agriculture n’est pas réservé aux hommes ou encore que les élèves ne sont pas enfants d’agriculteurs !

 

 

Infos pratiques

Participez à notre grand rendez-vous du samedi 5 juin 2021

VisuelJT

Si vous souhaitez entendre des témoignages inspirants d’élèves et d’anciens élèves, inscrivez-vous à la journée thématique « Cultiver l’avenir » organisée le samedi 5 juin 2021 par la FCPE et l’Agrocampus de Saintonge,de 9h30 à 16h. Vous pourrez assister en visioconférence aux rendez-vous fixés le matin : des échanges sur des filières méconnues qui valent le détour, des interviews d’élèves en formation, des ateliers sur l’accompagnement à l’orientation choisie et sur l’alimentation éco-responsable. L’après-midi, pour les participants présents sur place, il est prévu une visite de la serre d’exploitation du lycée du Petit Chadignac et des échanges sur l’éducation au développement durable.
Deux liens d’inscription sont à votre disposition.
Pour les CDPE, voici le lien vers l’intranet pour s'inscrire. Pour tous les adhérents, cliquez sur ce formulaire.