FacebookTwitterFeed
Pour l'accès à l'éducation de toutes et tous

Pour l'accès à l'éducation de toutes et tous

Faites un don à Solidarité laïque.

Mille et un territoires pour la réussite de tous les enfants !

Mille et un territoires pour la réussite de tous les enfants !

L'objectif de cette mobilisation est de créer des dynamiques locales et colle...

Imprimer Initialiser la taille du texte Agrandir la taille du texte

Suppressions de postes, fermetures de classes : les parents FCPE disent non !

  • Dernière mise à jour mardi 15 mars 2016
  • Catégorisé dans : Agir

banderolepyreneesManifestations, banderoles, écoles fermées… A la FCPE, si la rentrée se prépare, c’est bien dans la rue ! Les chiffres concernant les ouvertures et fermetures de postes viennent de tomber et la grogne monte chez les parents d’élèves ! Zoom dans plusieurs départements où la mobilisation grandit.

A Nice, la FCPE proteste contre la fermeture d'une classe à l'école élémentaire Ricolfi.

Dans les Pyrénées-Atlantiques, c’est l'école Stanislas Lavigne à Pau, qui doit perdre un poste à la rentrée prochaine. « On passerait de 5 à 4 classes. Dans ces conditions, on ne sait pas si l'Ulis pourra être conservée, ce qui signifierait un deuxième poste en moins », affirme Marie-France Boisvert, présidente de la FCPE. Un "rassemblement bruyant" devant la préfecture des Pyrénées-Atlantiques, à Pau, était donc organisé mercredi 10 février alors que se réunissait le Conseil départemental de l'Education nationale. En Béarn et Soule, 24 fermetures sont prévues pour 7 ouvertures.

Dans le Finistère, à Pont-l’Abbé, la situation est critique pour les écoles maternelles publiques de la ville. Les prévisions d’effectifs pour l’école Kerarthur ne jouent pas en faveur de cette école qui comporte deux classes et demie actuellement. Une classe de moins, et c'est la survie de l'école qui est en jeu.

Dans les Deux-Sèvres, à Niort, le conseil local de la FCPE de l'école maternelle Pasteur réclame une ouverture de classes en raison des sureffectifs déjà constatés cette année. La situation : 88 élèves répartis sur trois classes : 27 en petite section, 31 en moyenne section et 30 en grande section. Pour la FCPE locale, la qualité de l’enseignement ne peut être au rendez-vous avec des classes aussi surchargées.

En Seine-et-Marne, les parents d’élèves de la FCPE et des élus s’inquiètent du projet de fermeture de près de 200 classes à la rentrée prochaine. Certes, le département est le plus vaste de l’académie, mais il ne se verrait attribuer que 80 postes. « 200 classes supprimées, ce sont près de 5 000 élèves sur le carreau ! Certaines écoles vont voir deux à trois classes fermer en même temps. Comme à Coulommiers, où une école de huit classes devrait en perdre deux, là où sont scolarisés des enfants de familles en difficulté, des allophones… », dénonce Mehdi Azzam, président de la FCPE 77.

Enfin, avec 1 910 élèves en moins dans le 1er degré à la rentrée prochaine, l'académie de Guadeloupe est, avec Paris, en tête de la baisse des effectifs au niveau national pour ce qui est du primaire. Seuls 5 postes sont créés pour le primaire à Saint-Martin. Ces annonces étaient au cœur des revendications de l’ensemble des 6 organisations syndicales soutenues par les deux fédérations de parents d’élèves en grève le 25 janvier.

Alors que le primaire est la priorité affichée du gouvernement, la grogne risque de s’accentuer dans le secondaire puisqu’en plus des critères démographiques s’ajoute la mise en place de la réforme des collèges. Le ministère pourra-t-il relever le défi ?

Twitter   Facebook  
>

Espace réservé

Fédération des Conseils de Parents d'Elèves

108-110 avenue Ledru-Rollin
75544 Paris cedex 11
Tél : 01.43.57.16.16
Fax : 01.43.57.40.78

 

Mentions légales

Copyright © 2011 --- FCPE
Tous droits réservés

Lire les mentions légales